Deblan blog

Moi

La vie d'un DSI

En début d'année, j'ai intégré le siège du groupe Zenitude. C'est une société qui gère aujourd'hui près de 25 résidences hôtelières partout en France. Mon rôle consiste à traiter l'informatique (au sens large) du groupe.

C'est un projet professionnel assez nouveau pour moi, car dès mon entrée dans la vie active, c'est dans une agence web où j'ai atterri avec l'étiquette de développeur. J'ai évolué vers de la gestion de projet technique pour devenir ensuite directeur technique dans une seconde agence. J'avais donc un profil très orienté développement web et j'ai développé l'administration système.

Je suis passé d'un environnement où les outils étaient assez bien maîtrisés (environnement de développement et d'hébergement) vers un environnement où l'informatique prend une échelle beaucoup plus importante. À ce stade, des outils et des processus m'échappaient parfois.

Voici quelques problématiques auxquelles je me suis confronté et quelques-unes des solutions mises en places.

Le contexte

Il faut savoir que Zenitude existe depuis 2009. On ne m'a pas attendu pour faire de l'informatique et je dois composer avec neuf ans d'histoire. Par ailleurs, comme nous récupérons la gestion d'établissements qui ont eux aussi leur passif, on n'a aucune uniformisation du parc.

Le parc informatique

Le groupe Zenitude, c'est une centaine d'ordinateurs sous Windows, 3 serveurs Debian GNU/Linux, 1 serveur avec Ubuntu, une tripoté de photocopieurs, des lignes téléphoniques SIP, des accès RTP sur 25 serveurs Microsoft Server, etc. Bref, il y a du monde et le premier truc que j'ai admis c'est qu'il est impossible d'avoir une maîtrise de tout ça.

Quand je parle de maîtrise, je pense déjà à l'inventaire du parc qui n'est absolument pas précis. Nous le verrons juste après mais l'objectif est de faire le plus de choses en ligne. Les machines tendent à devenir que de simples terminaux d'accès vers des outils déportés. Que ce soit bien ou pas, l'avenir nous le dira mais c'est un choix plutôt intéressant pour le moment. Quand une machine tombe, on ne se prend pas la tête et on la remplace. Les données sont en ligne donc il n'y a pas de perte.

Pour piloter le parc et assurer un minimum de sécurité et de support, nous avons déployé la solution Teamviewer permettant un accès avancé sur les machines via une console en ligne et un client manager. On peut harmoniser la politique de sécurité avec une solution anti-virus intégrée (IT Brain) et quelques règles définies en amont. Dès l'ajout d'une machine dans le parc, il suffit d'installer Teamviewer et je peux déployer ce que je veux dessus. Si quelque chose de bizarre est détecté, je suis averti par mail (Virus, problème de disque, etc.).

Teamview

Du côté des serveurs, les machines sous Windows ne sont pas infogérées par Zenitude. J'ai installé les serveurs sous Linux et c'est aussi moi qui les administre. Pour assurer l'accessibilité des services, j'ai déployé une instance Zabbix pour les monitorer. Dès qu'un service est inaccessible ou qu'un problème système est détecté, je suis averti par mail et par SMS suivant le niveau gravité.

Zabbix

Globalement, ça fonctionne bien. Je rencontre cependant deux problèmes récurrents. Le premier est l'installateur Windows 10 pour paramétrer la machine après l'achat. Le second émane des programmes préinstallés par les fabricants. L'un n'est pas toujours évident pour tout le monde et l'autre implique de faire du ménage qui prend du temps.

Le collaboratif

C'est un enjeu important pour les entreprises et c'est loin d'être simple à mettre en place. À Zenitude, on a donc des établissements hôteliers éparpillés partout en France, pilotés en partie par le siège où je travaille.

Chaque établissement a une équipe qui édite des documents communs. On retrouve une majorité de fichiers Excel et Word. La direction a choisi de s'orienter vers Office 365 pour traiter cette problématique. Il faut accompagner les équipes, expliquer le pourquoi du comment, les aider à configurer les logiciels et les former aux bons usages.

Dans les problématiques du tout collaboratif, on retrouve aussi les limitations techniques comme des accès à l'Internet pas toujours fiables et des machines pas toujours à la hauteur. Par ailleurs, quand on sort des sentiers battus, ça devient rapidement une vraie galère (cf Sharepoint sous Debian).

Cependant, j'ai l'opportunité de travailler sur des outils qui réduisent la quantité de problèmes. En effet, même si Office Online reste assez efficace, il est parfois beaucoup trop compliqué pour finalement saisir des données simples. On a lancé des développements en interne et particulièrement une plateforme nommées Tools, sous Symfony 3, qui tend à remplacer les tableurs par des formulaires en ligne. Ça permet de mieux contrôler les saisies et de pouvoir exploiter les données convenablement (graphiques dynamiques, tableaux, déploiement d'API, etc.). On a également remplacé des services externalisés et coûteux, ce qui permet de reprendre la main sur nos données. Aujourd'hui, cette application fait de l'analyse de budgets et de chiffres d'affaire, elle récupère et met en page des données de e-réputation pour les établissements, elle centralise les demandes pour les supports de communication, elle permet de mettre en ligne des offres de recrutement, elle intègre le processus d'achat du groupe, une messagerie instantanée est inclue, etc. C'est une véritable valeur ajoutée pour le groupe.

Zenitude Tools

Le changement par l'accompagnement

Comme je l'ai évoqué, quand on met en place de nouvelles solutions, il est primordial de penser à l'accompagnement. Cet accompagnement doit se faire autour de deux problématiques majeures : l'adoption de l'outil et son utilisation. En effet, quand on demande à des directeurs d'établissements, des responsables d'hébergement ou des réceptionnistes de changer leurs habitudes, ils doivent comprendre la nécessité de le faire.

Ce qui suit le « pourquoi », c'est le « comment » et voici une étape complexe à franchir. Même si j'ai acquis de l'expérience en pédagogie, je me suis rendu compte que des choses simples n'étaient pas acquises. Pour illustrer un peu, certains utilisateurs ne font pas la différence entre la version d'Outlook en ligne et le logiciel installé sur leur machine. Ça peut faire sourire mais c'est un fait. Je dois mesurer chaque mot que j'utilise pour expliquer des outils et je travaille beaucoup les interfaces que je produis. J'essaye aussi de réaliser de la documentation dans différents formats : des pages de contenus sous forme de Wiki, des tutoriels vidéos et des présentations.

Wiki

Intrinsèquement lié à l'accompagnement, le support informatique avec le suivi et l'historique des demandes est essentiel pour les utilisateurs et pour moi. J'ai mis en place une plateforme de suivi qui s'appuie sur Redmine, interconnecté à Tools via des API. Nous pouvons ainsi avoir une vision globale des problèmes rencontrés, que ce soit sur les outils internes mais également les services externes que nous utilisons. Nous pouvons suivre l'évolution d'une demande et alerter les différents acteurs. Enfin, le jour où l'IT grossie, mes futurs collaborateurs seront en mesure de prendre le relais en toute transparence.

Support

Conclusion

D'autres sujets auraient pu être traités ici mais j'avais envi de partager l'essentiel de mon travail. Il y a eu des ratés mais il faut essayer des choses, en adapter d'autres et remplacer ce qui ne me parait pas judicieux. En l'espace de quelques mois, beaucoup de choses ont avancé et pas mal d'autres projets sont à venir. Je pense avoir beaucoup appris depuis mon arrivée à Zenitude et je suis très fiers des résultats obtenus.

Par ailleurs, si on enlève la partie collaboration avec Office 365, Teamviewer et les machines sous Windows, le logiciel libre a une place importante dans les outils déployés à Zenitude. Des applications métiers sont en partie libres, je développe sur des outils libres (ou assimilés) et ça prouve que ça fonctionne en entreprise et particulièrement dans les moyennes entreprises (sans rentrer dans une optique de tout faire en libre).


Une semaine parfaite !

Ça fait un sacré baille que je n'ai pas écrit autre chose que des articles qui parlent d'informatique.

Au moment où j'écris ces mots, je suis assis sur la banquette arrière d'une voiture en direction de Montbéliard, après avoir passé une semaine à Barcelone chez des amies.

Ces quelques jours m'ont fait beaucoup de bien. On a vu de beaux paysages, on a passé d'excellents moments, et j'ai du mal à exprimer ce que ça fait de partir. Vous allez me dire que c'est le coup classique du retour de vacances et vous avez sûrement raison. Mais voila, on a profité d'absolument tout, on a tripé pour tout et n'importe quoi, sans se poser de question. On a vécu à la bonne franquette, il ne fallait rien de plus.

Difficile de repartir qu'à trois, elles nous manquent déjà. Vivement qu'on se revoit :)



Clavier et souris ergonomiques

Travailler sur une machine plusieurs heures par jour admet quelques problèmes d'ordre physique. Depuis quelques temps déjà je ressentais des douleurs au niveau du canal carpien. Il devenait important de réagir pour que ces douleurs disparaissent.

J'ai donc acheté un nouveau clavier et une nouvelle souris. L'objectif du clavier était de faire beaucoup moins de mouvements pour reposer les poignets et les articulations des doigts. La souris devait quant à elle donner une position la plus normale possible à ma ma main et mon avant bras.

Le clavier est un TypeMatrix. Je ne l'ai pas encore passé en bépo par souci de productivité mais le fait d'avoir des touches positionnées à des endroits plus stratégiques me permet déjà d'être à la fois plus performant avec des douleurs estompées. Le temps d'adaptation est relativement court et j'ai un peu galéré au début mais cette étape passée, je me demande comment j'ai pu passé à coté de ça depuis tant de temps.

La souris est une Oyster Mouse qui permet de positionner son poignet dans 5 positions. La main est donc placée sur le coté. Ça change quelques habitudes et j'ai encore quelques fails quand je fais des clics molette mais j'ai aussi stoppés les douleurs rencontrés avec mes précédentes souris et je suis plus à l'aise.

En plus de tout ça, s'efforcer à utiliser encore plus de raccourcis clavier me permet de faire encore moins de mouvements inutiles. Les déplacements clavier/souris doivent être le moins souvent faits afin se garder de mauvais mouvements répétitifs et usants.

Je vous recommande vivement ces deux outils qui deviennent pour moi essentiels dans mon travail.


Indisponibilités...

Deblan (irc, web, mail) a subit pas mal de coupures ces derniers temps : les dernières sont dues au nouveau routeur D-Link qui est une vraie merde à configurer. Il ne fait pas ce qu'on lui demande et cerise sur le gâteau, il est en panne (interface wan morte).

Pour couronner ces coupures longues et pénibles, j'ai une quantité astronomique de boulot : à l'agence où le travail est à la fois dense et complexe, mes cours du soir au CNAM qui monopolisent beaucoup de temps la semaine et une partie de mes weekends, sans compter les projets externes qui sont eux aussi importants et chargés en taf.

Tout ça me fait perdre pied et j'ai des difficultés à gérer mes journées. Je ne fais pas ce que j'aimerais et je laisse des projets de coté.

Désolé si vous subissez.